search

Accueil > G.I.T. > LES OUTILS DE COMMUNICATION > Performance web : qui sont les bons et les mauvais élèves du tourisme (...)

Performance web : qui sont les bons et les mauvais élèves du tourisme ?

Tour mag

vendredi 10 octobre 2014, par administrateur

" Le site internet est une véritable vitrine pour une marque. D’autant plus lorsque 80% des Français consultent internet pour leurs vacances. L’agence spécialisée dans la mesure et l’analyse digitale Keynote, a passé au peigne fin la performance digitale des sites des 20 acteurs majeurs de l’e-tourisme. Des informations techniques qui ne sont pas anecdotiques, puisqu’en dépendent la satisfaction de l’internaute et donc le potentiel d’attraction du site."

Tour Mag

Magasin virtuel ouvert 7J/7, le site internet d’une entreprise doit éviter les problèmes techniques.
En se focalisant sur les résultats de la performance de la page d’accueil, considérée comme « la porte d’entrée digitale » d’une marque, Keynote dresse un classement révélateur des bonnes pratiques.

Pour les mois de juillet et d’août 2014, l’agence digitale s’est penchée sur les sites de 20 acteurs de l’e-tourisme pour le classement « voyage ».
Le taux de la disponibilité permet de mesurer l’accès au site via la page d’accueil.

« La moyenne atteint 99,51% sur l’été. Un résultat plutôt satisfaisant. L’objectif est d’être entre 99,5 et 99,9.

Ici, on est dans le bas de la fourchette mais l’objectif est atteint », explique Olivier Bertaux, directeur France de Keynote, société spécialisée dans la mesure et l’analyse digitale.

Sur les 20 sites du classement, le temps moyen d’affichage de la page d’accueil (la performance) s’élève à 3,70 secondes.

« Le but est situé entre 2 et 3 secondes. Cet été, les sites sont donc en dehors des attentes et l’on observe une grande disparité des résultats, de 1,28 secondes à 6 », note Olivier Bertaux.

Sur les 20 acteurs, seuls six ont une performance jugée bonne, c’est-à-dire en deçà de 3 trois secondes.
.....


Voir en ligne : Performance web : qui sont les bons et les mauvais élèves du tourisme ?