search

Accueil > ACTUS > François Hollande admet une menace sécuritaire

François Hollande admet une menace sécuritaire

L’Echo touristisque

vendredi 10 juin 2016, par administrateur

L’Echo touristique

" La menace contre la sécurité de l’Euro 2016 "existe" et "vaut pour un temps qui sera long", a déclaré dimanche le président de la République."
François Hollande a reconnu que la menace contre la sécurité de l’Euro 2016 démarrant vendredi 10 juin "existe" et "vaut pour un temps qui sera long". C’était dimanche 5 juin sur France Inter, une déclaration qui semble faire écho à la mise en garde du département d’Etat américain en mars 2016. "Donc, il faut que l’on prenne toutes les garanties pour que cet Euro 2016 soit réussi", a ajouté le président. Et l’une de ces garanties, pour permettre la tenue de l’Euro, l’accueil des spectateurs, les fan-zones, la fête, ce sont les 90 000 personnes affectées à la sécurité".

La semaine s’annonce sous haute tension. Ce lundi 6 juin, les services de sécurité ukrainiens ont affirmé qu’un Français, préparant pas moins de 15 attentats dans l’Hexagone avant et pendant l’Euro 2016, avait été arrêté le 21 mai en Ukraine.

Des grèves pénalisantes
François Hollande appelle aussi à la résolution du conflit social à la SNCF comme au sein d’Air France, afin d’éviter que les touristes et autres amateurs de football galèrent pour rejoindre les stades de l’Euro 2016 : "personne ne comprendrait que les trains ou les avions (...) puissent empêcher le bon déroulement, non pas de la compétition - elle n’a rien à craindre - mais le bon déroulement du déplacement des spectateurs".

Les cheminots de la SNCF entament leur sixième jour consécutif de grève ce lundi, sur fond d’une ultime réunion de négociations sur les conditions de travail.

Tous les syndicats de pilotes d’Air France ont pour leur part lancé un appel à la grève du 11 au 14 juin, afin de défendre l’emploi et les salaires. Soit à compter du lendemain du coup d’envoi de l’Euro de football en France, qui se déroule jusqu’au 20 juillet. "


Voir en ligne : François Hollande admet une menace sécuritaire