search

Accueil > ACTUS > TUI fusionne ses quatre sites marchands

TUI fusionne ses quatre sites marchands

mercredi 5 octobre 2016, par administrateur

TUI France lance officiellement son nouveau site tui.fr. L’Echo touristque

L’Echo Touristique

"Aujourd’hui, nous présentons une très belle voiture de course, a expliqué ce mardi Olivier Roche, directeur e-commerce de TUI France. Mais une équipe va maintenant se concentrer sur les réglages moteur. Nous allons travailler de manière très fine sur les grains de sable. Pour optimiser l’expérience utilisateur".

Tui.fr, c’est le fruit d’un an de travail. "On a tout réécrit, avec 30 personnes côté métier, et une quinzaine de développeurs en interne. Deux agences web nous ont accompagnés", ce qui représente un investissement de plusieurs centaines de milliers d’euros. Désormais, le site unique repose sur un seul système de réservations, contre 3 ou 4 auparavant.

Repartir d’une page blanche

"On est parti d’une page blanche, a précisé Jérôme Picard, DSI de TUI. Avec la problématique suivante : nous avions quatre sites et deux types de produits, packagés et non packagés, avec la volonté de permettre la recherche transverse. On s’est fortement inspirés d’Apple, Netflix et Facebook. Nous nous sommes appuyés sur la solution open source de base de données Cassandra, qui permet la scabilité des données". Le site est bien sûr responsive, avec un système de cache distribué (en partie dans le cloud de Microsoft), et une garantie d’affichage unifiée des contenus. Seront ajoutées d’autres fonctionnalités : le paiement CB en 3 fois ou en chèque vacances en novembre-décembre prochain, la contextualisation et personnalisation au 2e trimestre 2017, le forfait dynamique en février-avril 2017.
25% de ventes online

Marmara, Nouvelles Frontières, Aventuria et Passion des Iles : l’ensemble du trafic des quatre sites correspondant à ces différentes marques bascule donc progressivement sur tui.fr. Soit 40 millions de visiteurs sur l’exercice 2015/16. Déjà, 30% des visites de Marmara.com - au nombre de 24 millions sur un an - sont reroutées vers tui.fr. Et les résultats s’avèrent encourageants. "Le taux de conversion est 50% meilleur", souligne Olivier Roche. Reste à savoir comment la nouvelle plate-forme va supporter la charge en termes de contenus et d’audience, dans le temps. Le défi est de taille. 25% des ventes globales de TUI sont en ligne (jusqu’au paiement). Olivier Roche espère que ce pourcentage augmentera, mais ne dévoile pas son objectif.
Le défi du référencement

L’un des enjeux majeurs concerne le référencement. "En SEO, nous avions deux marques extrêmement bien référencées : Marmara (drainant de 50% de trafic en direct et en SEO, NDLR) et Nouvelles Frontières. Nous basculons sur une marque pas encore connue sur le marché".

Afin réduire un tel déficit de notoriété, les investissements payants basculent à leur tour sur TUI. Le groupe déploie ainsi une stratégie d’acquisition payante, avec notamment du programmatique (soit du marketing ciblé) et du retargeting (reciblage), du CRM Onboarding (CRM croisé), et de l’Adwords. Une ambitieuse campagne marketing sera déclinée, en deux vagues : la première sera 100% digitale (d’octobre à décembre) pour les clients habituels quand la seconde, dès janvier, sera notamment offline. Une campagne TV est aussi dans les cartons.


Voir en ligne : TUI fusionne ses quatre sites marchands