search

Accueil > M.C.P.T. > LA CONNAISSANCE DU MARCHE TOURISTIQUE > Œnotourisme grand cru

Œnotourisme grand cru

Le nouvel économiste

lundi 3 avril 2017, par administrateur

" +30 % de fréquentation en 8 ans  : l’accueil des touristes du vin et des spiritueux se structure et monte en gamme "

Le nouvel économiste

" Après une année 2016 entre ombres et lumières, marquée par le lancement du portail de l’œnotourisme, de la Cité du vin à Bordeaux, et par la baisse de fréquentation touristique due aux attentats, le monde de l’œnotourisme aborde 2017 avec optimisme. La fréquentation œnotouristique de l’Hexagone a globalement bondi de plus en 30 % depuis 2009  ! Il faut dire que le vignoble français s’est réellement rendu compte des bienfaits, tant financiers qu’en termes d’image de marque, de ce tourisme des vins et spiritueux. Aussi l’œnotourisme hexagonal se professionnalise-t-il et flirte-t-il de plus en plus avec le monde du luxe."

par Fabien Humbert

" Le 9 février 2016, Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères et du Développement international du gouvernement de Manuel Valls, lançait très officiellement le portail de l’œnotourisme. Sous le nom anglicisé de “visitfrenchwine.fr”, ce site Internet a vocation à réunir l’ensemble des offres œnotouristiques de France. Un projet ambitieux qui serait sur de bons rails. “Après une année d’existence, les objectifs en termes de nombre d’amis sur Facebook et de visiteurs ont été dépassés. De plus les comptes sont bien alimentés, et un community manager a été embauché” explique Florence Cathiard, présidente du conseil supérieur de l’œnotourisme et copropriétaire, avec son mari Daniel, du grand cru classé château Smith Haut Lafitte. Réussir à fédérer sous une seule bannière la rétive et dispersée viticulture française est en soi un exploit. Mais le lancement de visitfrenchwine.fr a coïncidé avec la succession d’attentats ou de projets d’attentats qui ont émaillé l’année 2016. Ainsi, 83 millions de touristes étrangers ont franchi les frontières de l’Hexagone l’an dernier, contre 85 millions en 2015, soit une diminution de 3 %. “On ne voit pas beaucoup de Japonais en ce moment au domaine, ils ont peur pour leur sécurité quand ils sont en transit à Paris, raconte Florence Cathiard. En revanche, les Américains reviennent.” Même si Paris n’est pas une région viticole et ne propose pas d’œnotourisme (à part la fête des vendanges de Montmartre), la capitale reste le point d’entrée privilégié pour le reste du territoire..."


Voir en ligne : Œnotourisme grand cru