search

Accueil > ACTU > L’actualité > Troisième conseil de pilotage du tourisme

Troisième conseil de pilotage du tourisme

France Diplomatie

vendredi 18 janvier 2019, par administrateur

" Ce conseil a détaillé les actions de France Tourisme Ingénierie et abordé les questions de formation, de tourisme durable et d’observation statistique." France Diplomatie

France Diplomatie

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a présidé aujourd’hui le troisième conseil de pilotage du tourisme. Plusieurs élus de collectivités territoriales, hauts représentants d’administration, professionnels du tourisme et associations professionnelles ont participé à la réunion.

Chargés par le premier ministre de conduire la politique touristique, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et le secrétaire d’État réunissent deux fois par an le conseil de pilotage du tourisme. Cette instance interministérielle associe l’ensemble des acteurs du secteur pour une co-construction des actions entre l’équipe gouvernementale et les acteurs de terrain.

Ce troisième conseil de pilotage du Tourisme consolide l’action du gouvernement et des professionnels en faveur du tourisme, et renforce l’action menée en partenariat avec les régions françaises.

Premier bilan de la fréquentation touristique en 2018

Le conseil s’est ouvert sur un premier bilan de la fréquentation touristique en 2018 qui a vu progresser l’ensemble des marchés émetteurs de touristes pour une fréquentation étrangère en hausse qui devrait avoisiner 90 millions de visiteurs internationaux. Si l’actualité de la fin de l’année a pu provoquer des annulations de projets de voyage en France, les premiers indicateurs ne montrent pas de fort décrochage par rapport à la moyenne annuelle, tout en incitant à la vigilance. Les arrivées aériennes internationales réservées sont ainsi en recul de 5 % pour les deux prochains mois, mais repartent à la hausse à partir du mois de mars. La majeure partie des tour-opérateurs dans le monde restent confiants dans la destination France, leurs interrogations portant essentiellement sur les sites ouverts ou fermés au public durant les week-ends.

Les marchés européens, qui représentent près de 80 % de la fréquentation internationale en France, ont connu des baisses de fréquentation très modérées ; les principales annulations sont à déplorer sur les marchés long courrier, asiatiques en particulier, qui ont été sensibles aux images de violence urbaine et à l’attentat de Strasbourg. Tous les tour-opérateurs s’accordent sur des prévisions optimistes en 2019 si les mouvements sociaux ne se poursuivent pas. À la montagne, la saison hivernale 2018 / 2019 se présente sous les meilleures auspices avec une fréquentation des massifs en hausse de 12 % au 4 janvier dernier par rapport à l’année précédente.

Améliorer la collecte et l’analyse statistique du tourisme en France

Le secrétaire d’État a rappelé la nécessité d’une meilleure connaissance qualitative et quantitative des flux de touristes, de leurs comportements, des retombées directes et indirectes et des emplois induits afin de répondre aux besoins d’une politique touristique qui requiert un pilotage fin, au service de la diversification des destinations. Il a appelé à une meilleure collaboration entre l’appareil statistique national et les dispositifs d’observation du secteur développés en régions.

Des propositions ont été formulées par les acteurs professionnels et territoriaux pour améliorer la collecte et l’analyse statistique du tourisme en France. Dans un rapport remis au secrétaire d’État à l’occasion de ce conseil, l’Institut français du tourisme (IFT) a également proposé plusieurs mesures en faveur de la modernisation des modes de collecte et de production des données, dont l’expérimentation d’un bouquet d’indicateurs numériques. Datatourisme, la plateforme open data des données touristiques, pourrait également évoluer vers un outil de collecte de données, avec le concours des réseaux territoriaux du tourisme. Le secrétaire d’État a demandé à la direction générale des entreprises de leur rendre compte à l’été 2019.
La formation initiale

Le conseil de pilotage a abordé la question de la formation initiale en préparation des échanges du Conseil interministériel du tourisme de mars 2019 qui sera pour une grande part consacré à l’emploi et à la formation dans le secteur du tourisme. Deux défis sont posés à tous les établissements de formation aux métiers du tourisme : l’adéquation de leur formation aux besoins des entreprises et leur visibilité à l’international.

Le monde du tourisme subit des transformations profondes depuis plusieurs années, à la faveur de la révolution numérique et digitale qui appelle de nouvelles compétences, et la concurrence est forte entre les établissements pour attirer les talents mondiaux. Pour répondre à ces enjeux, le gouvernement et les professionnels du tourisme ont créé la Conférence des formations d’excellence au tourisme (CFET) qui labellise les meilleures formations françaises et mène des actions de promotion internationale. Deux conventions de partenariat ont ainsi été signées par la CFET en marge du conseil de pilotage du tourisme, l’une avec Atout France et l’autre avec Campus France.
Création d’un groupe de travail sur le tourisme durable

Le secrétaire d’État a annoncé la création d’un groupe de travail sur le tourisme durable, composé de l’ADEME, du ministère de la Transition écologique et solidaire, du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, du ministère de l’Économie et des finances et de Atout France. Ce groupe de travail sera chargé de formuler des propositions stratégiques et opérationnelles en faveur de l’essor d’un tourisme durable en France. Ces propositions seront soumises au Conseil interministériel du tourisme du second semestre. La croissance des flux touristiques en France et l’impératif écologique imposent de nouveaux défis à la fois environnementaux, économiques et sociaux. Pour anticiper ces évolutions, le gouvernement compte ainsi se doter d’une feuille de route sur le tourisme durable.
Point d’étape sur le dispositif France Tourisme Ingénierie

Enfin, le secrétaire d’État a fait un point d’étape sur le dispositif « France Tourisme Ingénierie », annoncé lors du Conseil interministériel du tourisme de janvier 2018. Il a rappelé sa volonté de construire l’ensemble de l’action économique du ministère de l’Europe et des affaires étrangères en partenariat étroit avec les régions françaises.

Ce programme d’accompagnement de l’investissement touristique en région est piloté par Atout France et cofinancé par la Banque des Territoires (15 M€ sur 5 ans). Il comporte deux volets : la rénovation de l’immobilier de loisirs dans 13 stations pilotes - 10 stations de montagne et 3 stations balnéaires - et l’accompagnement des régions qui le souhaitent pour la réalisation de trois grands projets touristiques structurants sur leur territoire. À ce jour, les trois régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Provence-Alpes-Côte d’Azur ont voté la mise en place de ce dispositif. Dans les prochaines semaines des votes devraient permettre de le mettre en œuvre dans les six régions suivantes : Bourgogne-Franche-Comté, Corse, Hauts-de-France, Grand-Est, Pays-de-la-Loire et la Réunion.


Voir en ligne : Troisième conseil de pilotage du tourisme (17 janvier 2019)