search

Accueil > LE BTS > Les ressources pédagogiques > E.P.T. (Elaboration d’une prestation touristique) > Diagnostic stratégique d’une organisation touristique (C14 à C16) > Vers un tourisme post-covid

Vers un tourisme post-covid

ASTERES Producteur d’idées

mardi 30 juin 2020, par administrateur

La crise du COVID-19 aura un impact sur les prochaines vacances d’été et remettra en question la manière de voyager et de pratiquer le tourisme sur le long terme.
Le covid-19 sera-t-il le 11 septembre de la sécurité sanitaire ?

Site ASTERES Producteur d’idées

" Le covid-19 sera-t-il le 11 septembre de la sécurité sanitaire ?

Le 11 septembre 2001 a créé une onde de choc géopolitique et une prise de conscience irréversible en matière de sécurité dans les aéroports. Les contrôles mis en place sont aujourd’hui totalement ancrés et montrent notre capacité à accepter des obligations externes, en connaissance du risque d’une absence de précaution. Après l’épisode du Covid-19, qui s’est propagé à travers le monde grâce à notre mobilité accrue, les aéroports pourraient mettre en place des contrôles sanitaires.

Une étude publiée en 2018 par l’université de Nottingham et l’Institut national finlandais de la santé et du bien-être a montré que des traces de virus respiratoires étaient trouvées sur 10% des surfaces testées dans les aéroports, le plus souvent sur les plateaux en plastique des contrôles de sécurité des bagages à main. Les mesures sanitaires en matière d’aéroport peuvent donc relever simplement d’une meilleure hygiène sur place, des transactions sans contact et la distanciation physique. Mais il est possible d’imaginer la mise en place de contrôles de la température corporelle, ainsi que des systèmes de reconnaissance faciale pour identifier les passagers à risque, qui par exemple étaient en quarantaine avant de voyager pour suspicion d’infection virale.

Quel est l’avenir des trains, avions, cars, dans ce contexte ? De telles contraintes peuvent pousser les consommateurs à préférer d’autres modes de voyage et d’autres destinations en conséquence. La voiture, symbole de liberté et d’indépendance, pourrait aussi devenir un atout de sécurité face aux transports collectifs.

Aux Etats-Unis, la vente des camping-cars s’est accélérée ces dernières semaines dans plusieurs Etats. L’achat d’un tel équipement aura un impact sur les prochaines vacances des acheteurs et l’immobilier touristique des régions fréquentées.

L’été 2020 peut donner un nouveau visage au tourisme

Le 14 mai dernier, le premier ministre Edouard Philippe a assuré les Français qu’ils pourraient partir en juillet et août, en les incitant à choisir des destinations françaises pour leurs vacances d’été. Le gouvernement a également confirmé la mise en place d’un large plan de soutien au secteur du tourisme sur les mois à venir.

La pression à la baisse sur la rémunération, même pour les salariés en poste, pourrait remettre en cause le budget consacré à ce poste de dépense dans la durée, la destination ou le format de ces vacances. Le choix d’une destination française peut permettre à certaines régions de valoriser leur patrimoine et acquérir une valeur touristique nouvelle.

La Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air (FNHPA) a indiqué avoir retrouvé un rythme de réservations similaire à l’an dernier, mais sans rattrapage de la période de confinement. Cette Fédération attend beaucoup des prochains mois, pendant lesquels les Français pourraient privilégier les campings pour leurs vacances. La distance permise par les installations de camping, le plein air, la proximité à la nature sont autant de raison d’espérer une vague de vacanciers, au détriment des locations en résidence de tourisme, hôtels et chambres d’hôtes. La location de maisons individuelles pourrait également attirer les vacanciers, permettant d’appliquer ses règles d’hygiène et vivre un déconfinement plus serein. Reste à savoir si les changements observés cet été seront pérennes.

L’absence de nombreux touristes étrangers cet été impactera les entreprises du secteur risque de les mettre en faillite. Mais dans le même temps les touristes français peuvent tomber amoureux de destinations qui leur étaient inconnues en France. Les prochains étés pourraient faire coup double : voir revenir les étrangers et conserver ce nouveau public français. Cela ne serait pas de trop pour relancer une filière qui aura bien souffert cette année."


Voir en ligne : ASTERES Producteur d’idées