Accueil >  Dossier réalisé par Agnès le Gonidec, Journal du Net Publié le 04/01/2010

Rubrique M.C.P.T.

Dossier réalisé par Agnès le Gonidec, Journal du Net Publié le 04/01/2010

Le 6 janvier 2010 - administrateur

Le poids de l’e-tourisme en Europe

- Selon l’étude e-Travel Leisure de PhocusWright et PWC, le marché européen de l’e-tourisme devrait s’établir à 68 milliards d’euros pour 2009, soit un chiffre relativement stable par rapport à l’année précédente (+0,4 %). De son côté, le marché offline devrait chuter de 14 %, passant de 171 milliards d’euros en 2008 à 146 milliards d’euros en 2009. Globalement, le marché du tourisme devrait donc afficher une baisse de 10 % en 2009.

- Evolution du taux de pénétration d’Internet
La part d’Internet dans le marché du tourisme européen ne cesse de croître. Depuis 2006, elle suit une croissance de trois à quatre points chaque année. Elle atteint aujourd’hui 32 % du chiffre d’affaires global du marché contre 28 % en 2008. Autrement dit, la vente via Internet représente désormais près du tiers du marché du tourisme en Europe.

- Délais avant e-achat
A partir de données recueillies par Google Clickstream, PricewaterhouseCoopers a déterminé qu’en moyenne la moitié des acheteurs en ligne achètent leur prestation de voyage au bout de 30 jours passés à consulter les sites Internet pour comparer les offres ou encore s’informer sur les destinations, contre moins de 20 jours pour les acheteurs en ligne allemands.

Alors que 35 % des e-acheteurs allemands ont acheté au bout de 7 jours à peine, ils ne sont que 25 % des e-acheteurs français à l’avoir fait passés 12 jours. Enfin l’ensemble des achats touristiques en ligne sont effectués au bout de 91 jours de surf sur la Toile en France contre 84 jours en Allemagne.

-  Usages du Web en France
Effectivement, les internautes passent beaucoup de temps à chercher des informations sur la Toile avant même d’acheter quoi que ce soit. Rien qu’en France, ils utilisent le plus souvent Internet pour comparer les prix (60 % des réponses) et trouver de bonnées affaires (55 %), ou encore pour trouver leur destination (54 %) en regardant par exemple des photos ou en compilant les informations sur tel ou tel pays (58 %). Ils ne sont que 28 % à se rendre sur Internet pour acheter leur voyage en ligne.

- Poids du Web par pays
Si la France obtient en matière de tourisme en ligne un taux de pénétration (30 %) supérieur à la moyenne européenne (28 %) en 2008, elle conserve une forte marge de progression par rapport à ses voisins. En effet, champion en titre, le Royaume-Uni obtient un taux de pénétration de 44 % pour l’e-tourisme, juste devant la Scandinavie et ses 42 %.

Il faut dire cependant qu’en 2008, le tourisme en ligne ne pesait que 5,7 milliards d’euros en Scandinavie contre 12,9 milliards d’euros en France. Le Royaume-Uni atteint 25,2 milliards d’euros.

- Poids d’Internet dans la vente de billets d’avion
Tiré vers le haut par le Royaume-Uni (71 %), Internet affiche un taux de pénétration de 43 % dans la vente de billets d’avion en Europe. L’Allemagne, dont la pénétration d’Internet est inférieure à la moyenne européenne de manière générale, obtient sur ce segment de marché de bons résultats (44 % de pénétration), tandis que la France reste un peu à la traîne avec seulement 38 %. La vente de billets d’avion en Europe réprésentait un chiffre d’affaires de 40 milliards d’euros en 2008.

- Poids d’Internet dans la vente de billets de train
Tiré vers le haut par le Royaume-Uni (71 %), Internet affiche un taux de pénétration de 43 % dans la vente de billets d’avion en Europe. L’Allemagne, dont la pénétration d’Internet est inférieure à la moyenne européenne de manière générale, obtient sur ce segment de marché de bons résultats (44 % de pénétration), tandis que la France reste un peu à la traîne avec seulement 38 %. La vente de billets d’avion en Europe réprésentait un chiffre d’affaires de 40 milliards d’euros en 2008.

- Poids d’Internet dans l’hôtellerie
La réservation de chambres d’hôtel par Internet ne représente en Europe que 20 % du marché, soit 12 milliards d’euros en 2008. Là encore, le Royaume-Uni a pris quelques longueurs d’avance et obtient un taux de pénétration de 43 % pour la vente en ligne suivie, de loin, par la Scandinavie (26 %) et l’Allemagne (25 %). La France atteint pour sa part la moyenne européenne (20 %).

- Poids d’Internet dans la vente de packages
Le poids de la vente en ligne pour le segment des packages est presque trois fois supérieur en Scandinavie (46 %) qu’en Europe (16 %). Il est également relativement élevé au Royaume-Uni (35 %). La France demeure là aussi parmi les bons élèves, son taux dépassant la moyenne, à 19 %. Il atteint par contre des niveaux très bas en Espagne (5 %) et en Italie (3 %). La vente en ligne de packages pesait en 2008 près de 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en Europe.

- Part de la vente direct
Dans la vente en ligne, il faut distinguer la vente effectuée directement par les fabricants de l’offre de celle effectuée par des intermédiaires. De là, force est de constater que, même s’ils dominent encore le marché du tourisme en ligne, les fabricants sont de plus en plus concurrencés par les intermédiaires. Globalement, les intermédiaires s’arrogent 32 % du marché en Europe contre déjà plus de 40 % en France. Ils dominent surtout le segment de l’hôtellerie, avec 70 % de part de marché sur Internet en France et 60 % en Europe.

Pour accéder à l’article cliquez ici

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Restez informé

Les dernières brêves