Accueil  >  G.R.C. > Une saison estivale française sans éclat. Happytime.com tend la main aux agences.

Rubrique TERRITOIRE : LA FRANCE

Une saison estivale française sans éclat. Happytime.com tend la main aux agences.

Le 4 octobre 2011 - administrateur

L’enquête conjoncturelle pilotée par Atout France annonce une progression de la fréquentation sur les littoraux, mais les CDT parlent davantage de stabilité, voire de fort recul en montagne.

La fréquentation pour l’ensemble de la saison estivale 2011 est annoncée en progression par rapport à l’an passé pour les offices de tourisme littoraux, ruraux et urbains, d’après les résultats de l’enquête conjoncturelle menée par les Offices de Tourisme de France, Ski France, le Rn2d et Atout France. Des hausses sont plus particulièrement annoncées dans le Grand Est, le Sud-Ouest et sur le pourtour méditerranéen.

Mais les comités départementaux et les agences de développement touristiques parlent davantage de stabilité, et les répondants situés en montagne comme dans le quart nord-ouest du pays (de la Bretagne à la frontière belge) évoquent même d’importantes baisses.

La fréquentation de la clientèle internationale, notamment belge, néerlandaise, italienne, espagnole, est-européenne et asiatique, a semblé globalement favorable pour l’ensemble des répondants. Les clientèles nord-américaines, suisses et scandinaves sont également jugées plus nombreuses que l’année dernière, tandis que le nombre de Britanniques et d’Allemands est resté à l’étale en général.

Pour lire l’article Cliquez ici

- Happytime.com tend la main aux agences

Le spécialiste des loisirs en ligne, qui est désormais distribué via Fnac.com, cherche de nouveaux relais de croissance.

Benoît Sineau, directeur général d’Happytime.com, a arpenté les allées de l’IFTM-Top Resa dans l’espoir notamment de nouer des partenariats de distribution. « Nous sommes en pourparlers avec des agences en ligne et traditionnelles. Nous sommes complémentaires. Happytime n’a pas vocation à vendre des hôtels ou des billets d’avion. Ce n’est pas notre métier. Nous n’allons pas cannibaliser la distribution ».

Sa volonté de travailler avec le réseau est manifeste. Reste à trouver un modèle économique satisfaisant pour tout le monde. Le panier moyen d’Happytime est plutôt faible (80 à 150€), pour une commission allant jusqu’à 12% au maximum. Mais la réservation est automatisée à 70%, assure Benoît Sineau, qui présente sa technologie comme son atout-maître. « Nous sommes un Expedia du loisir. Notre site affiche les disponibilités en temps réel, et permet la réservation en trois clics. Nous pouvons générer, auprès des agences, des ventes additionnelles ».

Happytime distribue 8500 activités en France, en direct, en marque blanche et en marque grise.

Pour lire l’article Cliquez ici

avril 2017 :

Rien pour ce mois

mars 2017 | mai 2017

Restez informé

Les dernières brêves