Accueil  >  G.R.C. > L’attentat de Tunis, un coup dur pour le tourisme, déjà à la peine depuis le printemps arabe

Rubrique DESTINATIONS ETRANGERES

L’attentat de Tunis, un coup dur pour le tourisme, déjà à la peine depuis le printemps arabe

Le 19 mars 2015 - administrateur

L’attentat contre le musée du Bardo à Tunis où ont été tués 17 touristes étrangers est un coup très dur pour le tourisme tunisien qui fait vivre 10% de la population du pays et était déjà en crise profonde depuis la révolution de 2011.

Atlas info

"Ce n’est pas bon pour le tourisme mais pas bon non plus pour la Tunisie, son économie, et l’esprit de liberté qui semblait émerger. Il n’y a aucun doute que cela ne peut pas arranger les choses, malheureusement", a commenté à l’AFP Jean-Pierre Mas, président du Syndicat national des agences de voyage (Snav).

"Cela pourrait peut-être faire tache d’huile sur d’autres pays musulmans", a-t-il redouté.

" M. Mas a indiqué être "en contact étroit avec le ministère des Affaires étrangères. Il n’y a pas d’affolement de leur part, il n’y a pas d’affolement de notre part. Nous ne pouvons que recommander aux voyageurs qui sont à Tunis beaucoup de prudence".

Dix-neuf personnes dont 17 touristes polonais, italiens, allemands et espagnols ont été tués lors d’une attaque par des hommes armés contre le musée du Bardo à Tunis. Au total 38 personnes ont également été blessées, notamment des ressortissants de France, d’Afrique du Sud, de Pologne, d’Italie et du Japon.

Le tourisme est l’un des principaux moteurs de l’économie du pays qui génère 7% du PIB, selon l’office de tourisme tunisien. Il fait aussi vivre un dixième de la population (400.000 emplois directs), générant entre 18 et 20% des recettes en devise par an.

Essentiellement familial ou de groupes, le tourisme "a un effet d’entraînement sur une grande partie des secteurs économiques : commerce, transports, artisanat, communications, agriculture et bâtiment", selon l’office de tourisme.

Malgré la renommée de stations balnéaires comme Hamamet et Sfax, d’îles comme Djerba, et de villes au riche patrimoine historique (Kairouan, Nabeul, Sousse), le secteur est très affecté depuis la révolution qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.

En 2014, le nombre de touristes venus en Tunisie a enregistré une baisse de 3,2%, passant de 6,27 à 6,07 millions en un an, selon des chiffres communiqués le 22 janvier dernier par le ministère tunisien du Tourisme. En 2010, la Tunisie recevait encore près de sept millions de touristes étrangers dont 1,4 million de Français. "

Voir en ligne : L’attentat de Tunis, un coup dur pour le tourisme, déjà à la peine depuis le printemps arabe

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Restez informé

Les dernières brêves