Accueil  >  M.C.P.T. > Un euro faible : un avantage compétitif pour l’industrie du tourisme

Rubrique L'ACTION MERCATIQUE

Un euro faible : un avantage compétitif pour l’industrie du tourisme

Le 27 janvier 2015 - administrateur

La baisse de l’Euro constatée depuis plusieurs mois aura un impact immédiat et indiscutable sur les flux touristiques, en offrant davantage de pouvoir d’achat à la clientèle étrangère et en l’incitant à privilégier des vacances européennes.

Site UMIH

Pour Didier LE CALVEZ, Président UMIH Prestige, cette baisse de l’Euro est bénéfique à notre secteur, et particulièrement à l’hôtellerie de prestige, occupée majoritairement par une clientèle étrangère : « Je ne peux qu’encourager les acteurs principaux, dont l’administration et les hôteliers, à faire preuve de pédagogie dans ce sens, pour que l’industrie touristique hexagonale bénéficie de cet impact positif, et de cette opportunité ! »

" Le tourisme, dans le monde, c‘est 1 milliard de touristes, un chiffre d’affaires représentant 9% du PIB mondial, et 1 emploi sur 11. Si la France reste la première destination touristique mondiale avec 84 millions de visiteurs internationaux, les acteurs du tourisme doivent avoir conscience de l’opportunité offerte par euro faible pour le secteur."

« C’est une excellente nouvelle, une opportunité dont l’industrie touristique doit profiter. Dans un contexte économique qui reste tendu, une compétitivité accrue, et des événements tragiques de ces derniers jours, la baisse de l’Euro est une bouffée d’oxygène à terme. Si cette tendance se confirme, nous espérons voir revenir de façon encore plus marquée les clientèles américaines et asiatiques. Nous devons poursuivre nos efforts pour attirer cette clientèle, en mettant en avant nos savoir-faire et notre excellence. Gageons que la destination France en sorte gagnante ! », indique Didier LE CALVEZ.

Voir en ligne : Un euro faible : un avantage compétitif pour l’industrie du tourisme

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Restez informé

Les dernières brêves